RSS

Archives de Tag: réussite

11 applications mobiles pour travailler mieux

Par Sylvie Laidet12 septembre 2012 |

Vous voulez suivre votre to-do ou travailler vos documents depuis votre smartphone ? Nous avons sélectionné pour vous 11 applications mobiles qui font la différence.

1 – Une suite bureautique : Documents to go

Vous recevez un fichier Word ou une présentation Powerpoint et souhaitez la retravailler sur votre smartphone ? C’est possible grâce aux applis faisant office de suite bureautique. Documents to Go, selon nos informations, reste l’une des plus appréciées des travaillomanes sur mobiles. Prix : 7,99 euros chez Apple, 11,59 euros sur Google Play.

2 – Un bureau virtuel : l’application Dropbox

Dropbox, c’est en quelque sorte un bureau virtuel. Il suffit d’envoyer vos documents sur ce service de stockage en ligne sécurisé pour pouvoir y accéder depuis votre mobile ou depuis votre tablette. « Cela permet aussi de partager des documents avec d’autres utilisateurs autorisés », précise Joffrey Jaffeux, consultant chez Neoxia. Toutefois, pour modifier les dits documents, votre appareil mobile doit être équipé d’une suite bureautique (cf. ci-dessus). Dropbox est une application gratuite.

3 – Accéder à votre ordinateur à distance : Splashtop Remote Desktop

Vous avez oublié au bureau un dossier capital ? Pas de panique, cette appli vous permet d’accéder à votre ordinateur à distance depuis votre mobile ou votre tablette. Il vous faudra tout de même une connexion internet. Prix : 3,99 euros chez Apple, 3,80 euros sur Google Play.

4 – Numériser : Genius Scan

Grâce à cette appli, ce que vous prenez en photo est immédiatement numérisé. Vous pouvez alors ajuster la taille du document, corriger la perspective, le transformer en PDF et même l’envoyer par mail. Genius Scan est une application gratuite.

5 – Prise de notes : Evernote

En très bonne place dans les différents palmarès high tech, cette appli permet de consigner vos notes sous diverses formes. Compte-rendu écrit de meeting, enregistrement d’une conf’ call, vidéo d’une visite de terrain… Un moteur de recherche facilite ensuite l’accès à ces données. Autre point fort : la synchronisation entre votre ordi, votre smartphone et votre tablette. Evernote est une application gratuite.

6 – Surfer depuis l’étranger : Onavo Extend

Face aux tarifs d’envoi de données depuis l’étranger parfois prohibitifs affichés par certains opérateurs télécoms, vous hésitez parfois à vous connecter ? Grâce à cette appli qui comprime le volume de données téléchargées, vous pourrez surfer et communiquer des quatre coins du monde sans risquer d’exploser votre forfait. Onavo Extend est une application gratuite.

7 – Sauvegarder des pages web : Read it later

Cette appli permet de sauvegarder des pages web au fil de la navigation. Elle présente deux avantages : elle évite de créer inutilement des favoris et permet de lire ces infos en mode non connecté. Read it later est une application gratuite.

8 – Des enregistrements audio efficaces : Soundnote

Durant un meeting, vous prenez des notes sur votre mobile (ou tablette) qui, simultanément, enregistre les propos. Lorsque vous souhaitez réécouter la bande son sans perdre de temps, il vous suffit de sélectionner un mot-clé de votre prise de note pour être renvoyé au passage de la bande audio correspondant. Un excellent moyen de ne pas rater une info capitale dans une réunion. Prix : 3,99 euros chez Apple.

9 – Un traducteur efficace : SayHi Traduire

Besoin d’un interprète dans votre téléphone ? Grâce à un système de reconnaissance vocale fonctionnant en 24 langues, cette appli permet d’obtenir une traduction orale ou écrite instantanée. A condition de prononcer les termes correctement, lentement et distinctement devant son téléphone et de disposer d’une connexion internet. Tarif : 0,79 euros chez Apple.

10 – Retrouver tous vos mots de passe : 1password

« 1password est un coffre fort – avec un mot de passe principal – donnant accès à tous ses identifiants et mots de passe. Super pratique quand on a de multiples comptes de messagerie », estime Joffrey Jaffeux. Il est aussi possible d’y saisir des notes qui seront alors cryptées et sécurisées. Tarif : 7,99 euros chez Apple (pour Iphone).

11 – Une to-do efficace : Taskos

Les congés s’éloignent et la to-do rallonge. L’appli Taskos vous permet de lister vos tâches à l’oral, de les partager avec vos contacts, de gérer facilement vos alertes… Taskos est une application android gratuite.

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 17 septembre 2012 dans HI-TECH, JOBS

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Flirter au travail : l’une des clés du succès ?

Par Elodie Buzaud08 août 2012

Envie de décrocher une prime ? De négocier une augmentation ? Si les femmes en bénéficient moins souvent que les hommes, elles détiendraient pourtant une arme imparable pour mener chefs et supérieurs masculins du bout du nez : leur charme.Pour la première fois, une étude américaine reconnaît ce dernier comme un outil efficace pour se forger une bonne réputation et obtenir de meilleurs résultats économiques. « Flirter » serait bel et bien l’une des clés du succès, selon ce travail publié dans le Social Psychology Bulletin et relayé en juillet dans le National Post.Mais attention, le flirt seul ne suffit pas. Il peut être une caractéristique de caractères dominants ou particulièrement sûrs d’eux et a donc besoin d’être tempéré par une bonne dose de gentillesse, cette dernière étant révélatrice d’une bonne appréhension des intérêts de l’autre. Dans ce cas et dans ce cas seulement, la séduction serait efficace assurent les chercheurs. Il faut « complaire à l’égo d’un homme, le flatter. C’est une position subalterne qu’il faut adopter, non pas une position de pouvoir », explique Chloé Taylor, assistante spécialisée dans les études féminines à l’Université d’Alberta (Canada). Résultat : « quand la gentillesse est associée au flirt, les femmes réussissent mieux », confirme Laura Kray, auteure de l’étude.Cette dernière est allée jusqu’à souligner les impacts économiques positifs pour une entreprise qui recruterait une séductrice. Dans l’une des expériences auxquelles ont été soumis les 300 participant(e)s à l’étude, un homme incarnant un vendeur a accepté de vendre une voiture 1 077 dollars à une femme engageante, contre 1 280 dollars lorsque qu’aucune approche suggestive n’était tentée.Une vision rétrograde ? Une autre étude diffusée le 31 juillet par l’Institut de recherche de la banque Credit Suisse a souligné que les sociétés où des femmes (séductrices ou pas) siègent au comité d’administration s’en sortent mieux que les autres en cette période difficile. Et la conclusion des chercheurs mettait en avant des qualités toutes autres que la séduction, comme l’aversion au risque, la contribution à une meilleure gouvernance et à une diversification des talents.

Elodie Buzaud © Cadremploi.fr

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 août 2012 dans JOBS

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Les e-business porteurs

Intéressant. Voici une petite étude fournie par le JDN sur les segments qui marchent dans les services payants en ligne.

En résumé : la musique a décollé, les sonneries n’intéressent plus grand monde. Le premier de ces segments est aujourd’hui constitué des jeux en ligne, qui devraient dépasser le milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2012. La VOD et le livre numérique affichent également une très forte croissance.

Plein de graphes, mais nous, on aime !!!!!

 

evaluation des sous-segments du marché des contenus et services payants sur

les contenus et services payants les plus achetés en 2012 l'évolution des dépenses pour l'achat de contenus et services payants entre 2010

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 juillet 2012 dans JOBS

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Trois histoires de reconversion professionnelle – Modes d’emploi, toute l’actualité du recrutement

Trois histoires de reconversion professionnelle

moulinsaintgermain.jpg« On sait ce qu’on quitte, on ne sait pas ce qu’on prend ». En ces temps de crise, déclarer à son entourage vouloir quitter son travail a de quoi en déstabiliser plus d’un. Bérangère, 27 ans en sait quelque chose. « Actuellement en CDI, tout le monde me conseille de rester en poste. Les gens ont du mal à comprendre que je souhaite m’orienter vers un autre métier, changer de cap et prendre des risques ». Pourtant, comme elle, de nombreux Français veulent changer d’emploi. Ils seraient jusqu’à 57% des employés des entreprises de plus de 500 salariés à exprimer un tel vœu, selon une récente étude de la TNS Sofres. « C’est une tendance de fond même s’il est difficile de quantifier le nombre de personnes qui passent réellement à l’acte », confirme Yves Deloison, auteur du livre « Je veux changer de job ! «  et animateur du site Toutpourchanger.com. D’autant qu’entre l’envie et sa réalisation, il est nécessaire de bien préparer son projet.

Bien réfléchir à son projet professionnel

ebeniste.jpg« Certaines personnes expriment un ras-le-bol à un moment donné car ils se sentent proches du burn-out ou parce que les relations avec leur hiérarchie ne se passent pas bien. Mais quitter son travail n’est pas forcément la solution. Il est utile de comprendre d’où vient le malaise et alors d’être vraiment sûr qu’on ne souhaite plus exercer son activité », prévient Yves Deloison. Un bon moyen de ne pas rater sa reconversion.

Pierre, 29 ans, a vécu une telle mésaventure. Ancien journaliste, il ne se sentait plus à l’aise dans son travail. Face à une ambiance délétère, il a voulu changer radicalement de vie. En seulement six mois, il choisit de se tourner vers le métier d’ébéniste. « Je n’étais plus investi à 100% dans mon travail et je repensais à mes rêves de gosse, à mes désirs d’exercer un métier passionnel. J’ai profité d’un plan social pour suivre des formations et j’ai eu la chance de trouver assez facilement un emploi dans ce domaine« . Pourtant, le coup de coeur tarde à arriver. « En exerçant ce nouveau travail, je me suis rendu compte que mon métier de journaliste me manquait et que finalement, je n’y étais pas si mal. Aujourd’hui, je sais que j’aurais dû tester dans un premier temps le métier d’ébéniste et chercher à mieux comprendre ce qui ne me plaisait plus à l’époque dans celui de journaliste ».

Donner du sens à son travail

Cedric1.jpgToutes les reconversions ne sont heureusement pas aussi problématiques. A 34 ans, Cédric a voulu monter sa propre société. Ancien commercial, il travaillait notamment au contact de producteurs laitiers. Depuis longtemps, l’envie d’être indépendant et de monter sa propre société trottait dans sa tête. Face à l’engouement pour les produits bio et les paniers du terroir, il décide de monter sa structure, Yapluka. « L’idée germait depuis déjà une bonne année. Il a fallu six mois supplémentaires pour finaliser mon entreprise ».

Avant de se lancer, il contacte la Chambre de commerce et d’industrie locale afin de recueillir des conseils sur son business plan. « C’est une des clés de la réussite d’un tel projet. Il est nécessaire de parler avec des personnes extérieures à son projet et de confronter son rêve à la réalité. On m’a notamment demandé comment j’allais gérer mes tournées auprès des producteurs et des clients, comment j’organiserais concrètement ma semaine de travail ». Autant de réflexions qui lui permettent de mûrir son projet et de se lancer. Il contacte alors les banques et contracte deux prêts, un de 10 000 euros et un second prêt d’honneur de 6000 euros. De son côté, il apporte 7000 euros. « Cet argent était suffisant pour avoir une trésorerie sur un an et acheter le matériel utile au quotidien », explique Cédric. Sa société livre depuis quatre mois auprès des particuliers et des entreprises des produits du terroir. « Mon but n’est pas d’entrer un jour au CAC 40 mais d’offrir un service et d’avoir ma propre activité », poursuit ce jeune chef d’entreprise.

Monter sa société demande « beaucoup d’énergie »

lemoulindesaint-germain.jpgDavid et Pierre, anciens cadres dans l’informatique et les télécoms, voulaient eux aussi créer leur société. Après 10 années passées chez Orange, ils quittent leur fonction pour monter le Moulin de Saint-Germain. Dorénavant, ils vendent du pain biologique à Erdeven, dans le Morbihan. Pierre a démissionné de sa société via une rupture conventionnelle tandis que David a bénéficié de l’essaimage, un dispositif permettant de quitter son entreprise pendant plusieurs années avec la possibilité de la réintégrer par la suite. L’idée de monter le Moulin « a germé après diverses rencontres avec des boulangers. Notre démarche était également d’avoir une plus grande maîtrise de notre travail et de ne plus être un simple rouage de l’entreprise », explique Pierre.

De la culture du blé, à la préparation de la farine, jusqu’à la fabrication du pain, ils ont tout appris du métier en se formant notamment à un brevet professionnel de responsable agricole. Un changement de vie radical. « Cela demande beaucoup d’énergie. Je ne m’attendais pas à un projet si lourd, d’autant que nous avons monté notre bâtiment, qu’il a fallu apprendre le métier d’agriculteur et se former à la gestion administrative », poursuit Pierre. Tous deux bénéficient néanmoins du soutien de leurs maîtres de stages. « Cette transmission des savoir-faire a été très importante », analyse le jeune boulanger. Depuis un an, ils commercialisent ainsi leur production au travers d’Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap), des magasins Biocoop, des marchés et en vente directe, deux jours par semaine au Moulin. Un choix militant lié directement à leur projet. « On a changé notre mode de vie et nos habitudes de consommation », poursuit Pierre. Et question salaire, ils ont aussi accepté de le « diviser par trois ». « C’était un choix global de notre part », explique Pierre.

Un « sacrifice » partagé par de nombreuses personnes en situation de reconversion. « Plus que l’argent, les personnes qui se reconvertissent veulent donner du sens à leur métier et réaliser leurs rêves. Ça ne signifie pas que ces personnes travailleront dans l’humanitaire ou dans un métier manuel mais qu’elles trouveront une plus grande satisfaction dans leur quotidien », analyse Yves Deloison. Une aspiration particulièrement forte chez les plus jeunes. Selon l’institut de sondage TNS Sofres, 84% des moins de 25 ans et 72% des moins de 35 ans veulent un jour changer de carrière.

« Je veux changer de job ! », Yves Deloison, Éditeur Hachette Pratique.

Publié le lundi 12 mars 2012 · 10:31 · Par Guirec

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mars 2012 dans JOBS

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :