RSS

Archives de Tag: ecommerce

Entrepreneurs : les nouveaux gestes du gouvernement, France

Un haut responsable à l’entrepreneuriat va être nommé. Bercy finalise les aménagements à la taxation des plus-values de cession, et pourrait renoncer à la rétroactivité.

Fleur Pellerin, ministre du Numérique et des PME. - RGA/REA

Fleur Pellerin, ministre du Numérique et des PME. – RGA/REA

Mots d’ordre : concertation et apaisement. Après la fronde menée par les « pigeons », ces entrepreneurs opposés au projet de taxer plus lourdement les plus-values de cession, la ministre du Numérique et des PME, Fleur Pellerin, était hier en opération déminage au Salon de la micro-entreprise. « Les malentendus ont – je l’espère -été dissipés », a-t-elle indiqué. « Les plus-values réalisées par un entrepreneur qui cède son entreprise après l’avoir lui-même développée méritent un traitement spécifique. Loin d’être une rente, cette plus-value rémunère la prise de risque du chef d’entreprise », a ajouté la ministre, reprenant à son compte un argument brandi par les créateurs d’entreprise.

Fleur Pellerin a également annoncé hier la création d’un « haut responsable à l’entrepreneuriat », sans toutefois en dévoiler le nom, cette nomination relevant du Premier ministre. Ce haut responsable devra mettre en oeuvre des propositions formulées dans le rapport de Philippe Hayat (fondateur de l’association « 100.000 entrepreneurs »), et commandé par la ministre cet été. Une nomination symbolique pour les entrepreneurs, qui sont surtout en attente des arbitrages, imminents, sur le dispositif de taxation des plus-values de cession.

Un dispositif à trois niveaux

Depuis une semaine, des allers-retours ont eu lieu entre les contestataires et le ministère des Finances. Objectif : éviter une nouvelle bronca lors la présentation du nouveau dispositif, sous forme d’amendement gouvernemental, sans doute avant la fin de semaine.

Un dispositif à trois niveaux devrait être retenu. Les entrepreneurs et leurs investisseurs pourront continuer à bénéficier du régime existant, qui repose sur le prélèvement forfaitaire libératoire de 19 %. Conditions : avoir une participation « significative » dans l’entreprise (le taux de 10 % était évoqué hier soir), détenue depuis plusieurs années (2 à 5 ans), et répondre à certains critères d’activité. « Nous voulons traiter différemment l’entrepreneur qui travaille, et l’héritier passif qui se contente de toucher des dividendes », estime-t-on à Bercy. Le critère d’activité retenu, encore en discussion du fait des réticences des fonds de capital-investissement, devrait néanmoins être assez souple, et pourrait comprendre par exemple des fonctions d’administrateur ou de mandataire social. Le gouvernement pourrait en outre revenir sur la rétroactivité de la mesure, qui devait s’appliquer au 1 er janvier 2012, en aménageant des mesures de transition. Le dossier restait mouvant hier soir.

Les exonérations pour réinvestissement dans une entreprise, déjà présentées la semaine dernière, ne devraient en revanche presque pas évoluer. Le cédant bénéficiera d’une exonération proportionnelle à la part de plus-value réinvestie, même sans être dirigeant. Le troisième niveau porte sur les abattements pour durée de détention, dont le rythme d’application pourrait être ramené de 12 à 6 ans. Et les années de détention antérieures à 2012 seraient prises en compte.

Le manque à gagner en recettes fiscales devrait dépasser 500 millions d’euros. Les mesures de compensation devraient être arrêtées dans les prochains jours.

M. B. ET E.C.
Écrit par Elsa CONESA
Chef de service adjoint
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 10 octobre 2012 dans JOBS

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Les e-business porteurs

Intéressant. Voici une petite étude fournie par le JDN sur les segments qui marchent dans les services payants en ligne.

En résumé : la musique a décollé, les sonneries n’intéressent plus grand monde. Le premier de ces segments est aujourd’hui constitué des jeux en ligne, qui devraient dépasser le milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2012. La VOD et le livre numérique affichent également une très forte croissance.

Plein de graphes, mais nous, on aime !!!!!

 

evaluation des sous-segments du marché des contenus et services payants sur

les contenus et services payants les plus achetés en 2012 l'évolution des dépenses pour l'achat de contenus et services payants entre 2010

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 juillet 2012 dans JOBS

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

En 2016, trois quarts des internautes français achèteront en ligne

Par Gaël LOMBART

L’e-commerce européen atteindra 171 milliards d’euros en 2016, dont 26 milliards pour le marché français.

La dernière étude Forrester sur le marché européen de l’achat en ligne, révèle que les ventes en ligne devraient connaître un taux de croissance de 12 % par an, durant les cinq prochaines années, pour atteindre 171 milliards d’euros en 2016. La France suivra la tendance. En effet, Forrester prévoit que 76 % des internautes français feront régulièrement leurs achats en ligne en 2016. Le montant des ventes devrait atteindre 26 milliards d’euros en 2016, rien que pour la France.

Selon l’analyste de Forrester Martin Gill, les acheteurs en ligne européens continuent de considérer l’achat via Internet comme pratique, abordable et offrant un large choix. Cependant, certaines catégories de produits grandissent plus vite que d’autres. Par exemple, les ventes en ligne de produits d’épicerie vont atteindre 9 milliards d’euros par an au Royaume-Uni en 2016, un des résultats les plus élevés en volume des ventes de produits d’épicerie en Europe. De plus, l’habillement semble être une des catégories les plus prometteuse en Europe.

Aux États-Unis, les ventes en ligne sont estimées à 327 milliards de dollars pour 2016, soit près de 9 % des achats globaux. Parmi les principaux vecteurs de cette croissance, l’étude retient l’aisance des consommateurs américains à acheter en ligne différentes catégories de produits, une plus grande offre de programmes de fidélité et un plus grand nombre d’acheteurs en ligne.

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 mars 2012 dans HI-TECH

 

Étiquettes : ,

NetAffiliation poursuit sa croissance à l’international

NetAffiliation poursuit sa croissance à l’international

La plateforme d’affiliation ouvre trois nouveaux bureaux en Amérique du Sud et en Europe.

Forte d’une présence dans plus de 15 pays, de 1 700 campagnes actives et de 100 000 affiliés dans le monde, la société NetAffiliation poursuit son expansion à l’international et ouvre trois nouvelles filiales à Madrid, São Paulo et Varsovie. Les country managers auront pour mission de développer les ventes et la production (relation client et support).

Ces nouveaux bureaux vont permettre d’accélérer la croissance du groupe qui réalise déjà plus de 60 % de son chiffre d’affaires à l’international. NetAffiliation a annoncé un chiffre d’affaires de 40 M€ en 2011, soit une hausse significative de +11 % par rapport à 2010.

Par Astrid de MONTBEILLARD

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 mars 2012 dans HI-TECH

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :